Centre pour la prévention des crimes contre l'humanité

Accueil / Les témoignages / Témoignage J012

Témoignage J012

Nourrir les réfugiés, soigner les blessés, aider à la reconstruction… Le Père Vjeko était sur tous les fronts.

C’est entre 1983 et 1994 que j’ai connu le Père Vjeko. Il construisait la paroisse de Kivumu. C’était un bon prêtre qui aidait les pauvres et les infirmes.
Il a construit les écoles et le centre de santé de Kivumu. Il aidait les gens à se regrouper dans des associations coopératives. Vjeko n’a jamais quitté Kivumu. Même après le génocide, il est revenu ici. Il aimait tout le monde de la même façon.

Pendant le génocide, je n’ai pas pu arriver à Kivumu. Mais j’ai entendu parler des bonnes actions de Vjeko. Quand les massacres ont débuté, les gens se sont réfugiés chez Vjeko. Quand les tueries se sont généralisées, Vjeko a commencé à évacuer les gens vers Kabgayi. Il les mettait entre les sacs de haricots ou le bois de chauffe.

Il disait aux Interahamwe qui l’arrêtaient à la barrière, qu’il amenait des vivres aux réfugiés qui étaient à Kabgayi. Les réfugiés de Kabgayi venaient de tous les coins du pays ; et Vjeko les nourrissait. Mais je ne sais pas où il trouvait les vivres pour les nourrir.

Il allait dans les villages et aux barrières pour récupérer les gens blessés par les Interahamwe. Il les transportait jusqu’à Kabgayi pour les faire soigner. C’est aussi Vjeko qui allait chercher les infirmières pour soigner les blessés et les réfugiés à Kabgayi.

Vjeko n’a jamais quitté Gitarama. Il y est resté jusqu’à la prise de la ville par le FPR-Inkotanyi (Front Patriotique Rwandais-Inkotanyi). Après la guerre, il a commencé à aider les rescapés et les autres indigents. Il construisait des maisons pour les rescapés et fournissait le matériel agricole aux pauvres. A certains ménages, il a donné le matériel de cuisine. Il a également aidé les veuves à se regrouper dans une association.

Vjeko n’a pas aidé que les rescapés. Il a construit et agrandi la prison de Gitarama. Il s’est occupé des prisonniers avant que la Croix-Rouge ne les prenne en charge. Il a construit un orphelinat à Kinini dans la commune de Nyamabuye.

Après le génocide, alors qu’il sortait de la la procure de l’église Saint Famille, Vjeko a été assassiné après le génocide par des militaires du FPR-Inkotanyi. Les auteurs de sa mort n’ont jamais été identifiés. La population de Gitarama en général – et celle de Kivumu en particulier – est devenue " orpheline " après la mort de Vieko. Nous pensons toujours à lui.

Le Père Vjeko Curic était un missionnaire d’origine croato-bosniaque de l’Ordre des Frères Mineurs. Il était arrivé au Rwanda en 1983. Il a été assassiné par balles le soir du 31 janvier 1998 à Kigali, devant l’église de la Sainte-Famille. Les auteurs de son meurtre n’ont pas été identifiés. Il a été inhumé le 3 février 1998 à Kivumu, dans l’église qu’il avait construite et dont il était curé.

Témoignage recueilli à Kivumu le 12 avril 2002,
Par Pacifique Kabalisa.