Centre pour la prévention des crimes contre l'humanité

Accueil / Les témoignages / Témoignage J040

Témoignage J040

Parmi les réfugiés, il y avait des Hutu et des Tutsi ; l’Abbé Ananie leur disait de se donner la paix.

Je suis arrivée au Petit séminaire de Ndera le 7 avril 1994. J’étais avec une amie. C’était à 18 heures. Nous avons été accueillies par Rugasira. Il nous a donné tout ce dont nous avions besoin. Il y avait beaucoup de gens, aussi bien des Hutu que des Tutsi.
La nuit du 7 au 8 avril a été calme, de même que la journée du 8 avril.

Les Interahamwe sont venus le 9 avril 1994, à 10 heures du matin. A ce moment-là, la situation était tendue. Quand les Interahamwe sont arrivés, ils ont frappé très fort sur le portail. L’Abbé Ananie a refusé d’ouvrir.
Quelques temps après, nous avons entendu des coups de feu ; je ne sais pas ce qui s’est passé exactement. Ce n’est que plus tard que j’ai appris que l’Abbé Ananie Rugasira avait été tué, mais je ne connais pas les conditions dans lesquelles ça s’est passé ; j’étais à l’intérieur de la classe.

Avant sa mort, Rugasira passait dans les salles où se trouvaient les réfugiés. Il nous disait : « Donnez-vous la paix ».
Après sa mort, j’ai quitté le Petit séminaire pour aller me cacher ailleurs.

Rugasira a tout fait pour nous protéger. Avant l’arrivée des Interahamwe, c’était calme ; ce sont eux qui sont venus troubler l’ordre. En fait, tout a commencé après la mort de Ananie Rugasira. Je n’ai plus suivi ce qui s’est passé au Petit séminaire parce que je suis partie juste après la mort de Rugasira. Je suis revenue à Ndera en 1996 ; je revenais de RdC (République démocratique du Congo).

Témoignage recueilli à Ndera le 21 mars 1995,
Par Pacifique Kabalisa.