Centre pour la prévention des crimes contre l'humanité

Accueil / Les témoignages / Témoignage J087

Témoignage J087

Les Interahamwe fouillaient souvent les maisons, mais ils n’ont jamais découvert les tranchées de Karuhije.

Je connais Karuhije depuis que je me suis mariée à son frère Hitabatuma. Avant, il était établi à Muyaga. Il y avait une séparation de corps avec sa première épouse. Il en a pris une deuxième, qu’il est allé installer à Muyaga.

Karuhije est un maçon. C’est un homme simple et correct. Il est revenu ici au début du génocide, deux semaines après la mort du Président. Il est arrivé au moment où les Interahamwe faisaient la chasse aux Tutsi. Karuhije a creusé une tranchée juste à son arrivée. Il pensait qu’il allait se cacher dans cette tranchée lorsque le FPR-Inkotanyi (Front Patriotique Rwandais-Inkotanyi) arriverait à Mukingi.
Mais les massacres des Tutsi ont commencé vers le 25 avril et Karuhije a décidé de cacher les Tutsi.

La première personne Tutsi que Karuhije a cachée, s’appelait Emmanuel Twagirayezu. Celui-ci était enseignant à Kinazi dans la commune de Ntongwe. Mon mari Hitabatuma, lui aussi, est allé évacuer des Tutsi qui étaient à Shyogwe. Il les a cachés chez Karuhije. Je ne sais pas quand Karuhije creusait ces tranchées. Il le faisait pendant la nuit à l’insu des Interahamwe.

Mais avant de creuser la deuxième tranchée, il est venu à la maison et a dit à mon mari : « Les Interahamwe sont devenus fous. Ils tuent tout Tutsi. Donne-moi les Tutsi que tu as cachés, je vais les mettre dans la tranchée ». C’est comme ça qu’une femme et sa tante sont allées chez Karuhije.

Il a creusé des tranchées parce que les Interahamwe fouillaient toutes les maisons. Mais ils ne savaient pas que Karuhije avait creusé ces tranchées. Karuhije a caché plus de dix Tutsi chez lui. La plupart, je ne les connaissais pas. Je les ai vus quand le FPR-Inkotanyi est arrivé. Les militaires les ont sortis. Je suis allée les voir. Je ne pouvais pas imaginer qu’il avait caché autant de personnes.

Mais Karuhije venait nous demander de préparer à manger aux Tutsi qui se cachaient chez lui. C’est la soeur de Karuhije qui leur apportait la nourriture. Elle y allait après la ronde. La ronde prenait fin vers minuit ou vers 4 heures du matin. Je n’avais pas beaucoup d’informations sur leurs conditions de vie. Karuhije est venu nous demander de leur préparer à manger. C’est tout.

Les Interahamwe venaient fouiller chaque jour, mais ils ne trouvaient personne. Personne ne savait qu’il existait des tranchées. Karuhije veillait chaque nuit. Il circulait pour voir les mouvements de ces Interahamwe. Ils ont passé plus d’un mois dans cette tranchée. Tout le monde était étonné quand ils sont sortis à l’arrivée des militaires du FPR-Inkotanyi.

C’est Karuhije qui est allé appeler les militaires du FPR-Inkotanyi. Il est parti quand les Interahamwe ont découvert qu’il avait caché des Tutsi. Karuhije a eu peur. Il a fui. Il est allé du côté de la grande route pour appeler les militaires du FPR-Inkotanyi. Ils sont arrivés quelques heures plus tard. Les Interahamwe ont directement pris le large.

Témoignage recueilli à Gitarama le 12 mars 1996,
Par Pacifique Kabalisa.