Centre pour la prévention des crimes contre l'humanité

Accueil / Les témoignages / Témoignage V100

Témoignage V100

Ils ont dit qu’elle devait payer pour son orgueil.

Avant le génocide, je vivais à Remera, dans la même résidence qu’aujourd’hui. Je me suis mariée en 1979, à l’âge de 17 ans. Nous avions eu six enfants, dont trois filles et trois garçons. Les filles ont échappé aux tueries mais les garçons ont tous été tués, de même que leur papa. Nous vivions du fruit des efforts de mon mari qui était commerçant.

Le génocide a eu lieu quand il venait d’acheter une maison qu’il payait par tranches. Avec le génocide, tous les papiers ont disparu et l’ancien propriétaire de la maison l’a gardée, niant qu’il avait reçu une partie du paiement.

En février 1994, notre quartier a fait l’objet d’insécurité suite à la mort de Martin Bucyana, Président de la CDR (Coalition pour la Défense de la République). Nous nous sommes réfugiés au Centre Christus de Remera, où nous avons passé presqu’un mois avant de retourner à la maison.

Le lendemain de la mort de Habyarimana, en date du 7 avril, les miliciens ont attaqué notre maison. Mon mari était absent ; il n’avait pas passé la nuit à la maison. Ils m’ont fait sortir de la maison pour m’emmener avec eux, sous prétexte que j’allais leur montrer où se trouvaient les Inyenzi qui venaient de tuer le Président, Inyenzi, dont mon mari faisait soi-disant partie.

En chemin, les Interahamwe, dont l’emploi habituel était de griller de la viande de chèvre sur des barbecues traditionnels tout près de chez moi, ont crié qu’ils voulaient me violer.

Quelques-uns parmi eux tenaient des broches qu’ils voulaient utiliser pour me torturer. Ils avançaient que je devais payer pour mon orgueil, tout comme d’autres femmes Tutsi. J’étais au milieu de la route avec mon garçon ; les miliciens qui m’avaient prise chez moi se sont joints aux Interahamwe que nous venions de rencontrer.
Ils se sont alignés, ils m’ont déshabillée pour commencer à me violer à tour de rôle sous les yeux de mon enfant.

Miraculeusement, les Inkotanyi, qui campaient au CND (Conseil National de Développement), intensifiaient les combats dans notre direction. Ils sont arrivés au moment où mes violeurs abusaient de moi sexuellement et voulaient me perforer avec les broches.

Ils se sont enfuis, prenant en otage mon fils qu’ils ont tué à quelques mètres de là. Les autres garçons avaient passé la nuit chez des amis à Kicukiro. Ils ont été tués à l’ETO (Ecole Technique Officielle) où ils s’étaient rassemblés avec d’autres Tutsi, pensant y bénéficier de la protection des troupes de l’ONU.

Depuis le 8 avril, nous étions au stade Amahoro sous la protection du FPR-Inkotanyi (Front Patriotique Rwandais-Inkotanyi). Celui-ci nous a conduits à Byumba où nous avons passé le reste de la période du génocide.

Nous sommes retournés à Remera au mois de juillet. A notre arrivée, des épreuves très dures nous attendaient : il fallait repartir de zéro pour tout rebâtir. J’ai perdu notre maison qui était à moitié payée quand le génocide a commencé.
Elle est retournée entre les mains de son ancien propriétaire, faute de pièces pour prouver que j’en étais propriétaire ; les papiers avaient été détruits et ceux qui pouvaient témoigner en ma faveur avaient été tués. Je me suis retrouvée toute seule devant le propriétaire menteur.

Concernant l’assistance, l’AVEGA (Association des Veuves du Génocide) m’a prêté un montant de 200.000 francs rwandais pour démarrer un petit projet. Mais comme j’avais un problème de logement, j’ai utilisé une partie de cet argent pour m’acheter une petite parcelle. Le montant restant m’a permis de bâtir une toute petite maison en briques adobes [briques de terre crue séchées]. Ayant reconnu mes efforts, l’AVEGA m’a donné des tôles.

Si je pouvais recevoir une autre assistance, je monterais un petit projet de vente de charbon dans le quartier. Les recettes du projet me permettraient d’améliorer mon logement et de m’acquitter de la dette que j’ai envers l’AVEGA.

Témoignage recueilli à Kigali le 23 avril 2002,
Par Pacifique Kabalisa.